Histoire sexe soeur la maison du sexe

histoire sexe soeur la maison du sexe

Elle entre dans la chambre, une serviette autour de la tête et une autre autour de son petit corps menu. Je lui caresse les seins, elle ne se dégage pas. Ils gonflent au contact de ma bouche. Mais dis donc, voilà une petite chatte bien mouillée! Je stimule son clitoris, elle gémit. Je soulève le drap et devant ses yeux écarquillés je lui dis: Tu peux toucher, ça ne mord pas.

Je lui prends la main pour la guider vers ma queue impatiente de se faire branler par cette main innocente. Je la pénètre avec mon majeur tout en continuant à lui exciter le clito avec mon pouce. Je la renverse sur le lit pour enfouir ma tête entre ses jambes. Je la trouve bien docile pour une pucelle. Ma langue explore cette chatte vierge. Elle gémit, se cambre. Je présente mon gland sur sa vulve trempée, elle se raidit.

Je pousse légèrement, il entre et elle pousse un cri strident! Son hymen a cédé. Je vais te faire du bien. Je lui soulève le bassin et la pénètre plus profond encore. Je sens que je bute contre son utérus. Elle se met à crier, mais cette fois de plaisir. Je sors précipitamment pour lui envoyer quelques giclées de ma semence sur ses jolis seins ronds. Elle me demande de lui montrer les jouets et pose des questions concernant certains. Je lui pénètre la chatte sans mal et commence à la limer tout pendant que je lui masse sa rondelle serrée.

Elle ne dit rien. Je mets les vibrations en marche. Elle gémit, se tortille. Je la laisse se reprendre. Je prends un autre gode que je lui enfile dans le minou et je présente mon gland violet devant son petit trou. Je pousse un coup sec. Je sors et regarde mon foutre couler de ce petit cul bandant. Il est 15 h et je suis exténué. Quel hypocrite je suis! Pas plus divin que ce que je venais de vivre avec Cathy! La masturbation mes éjaculations etc……. Il fallait tout lui expliquer car elle ne connaissait absolument rien à la sexualité.

Enlève ta petite culotte je vais vérifier si tu es vraiment mouillée. Je vais être douce et je ne mettrais pas de doigt dans ta fente car je pense que tu es vierge? Voilà donc Clarisse entièrement nue. La main de Virginie écarte doucement ses cuisses. Elle constate alors que sa cousine est trempée. Chaque femme à des réactions différentes. On verra les tiennes. Tu vas mettre ma culotte dans ta bouche car si tu dois crier il ne faut pas que nos mères entendent.

Je ferais tout ce que tu me demanderas. Virginie commença par lui caresser les seins dont elle sentit les tétons durcir. Celle-ci qui serrait la culotte de Virginie dans sa bouche commençait à frissonner. Elle trouvait cela agréable. Sa cousine se servait habilement de sa langue. A un moment elle senti un doigt se glisser entre ses fesses. Elle se contracta pour empêcher ça. On lui avait toujours dit que cet endroit était sale et simplement associer au caca.

Clarisse était maintenant dans un état second. Elle sentait tout son corps frémir. Son corps se raidit et fut comme traversé par une onde inimaginable de plaisir. Ses mains appuyaient sur la tête de Virginie. Elle serrait les dents pour ne pas hurler. Elle ne se contrôlait plus.

Elle était en train de connaitre son premier orgasme. Elle était en nage. Soudain son regard fut attiré par les souillures dans le lit. Les deux filles eurent droit à une inspection poussée de leur anatomie.

Comme les culottes étaient mouillées par la salive et la cyprine elle pensèrent que nous avions fait pipi au lit. On nous fit pencher en avant et les traces de caca furent découvertes entre les fesses de Clarisse.

Nous avons rejoint le salon. Afin de ne pas avoir de partie pris il fût décidé que les mamans ne puniraient pas leur fille respective.

Tu allonges la partie supérieure de ton corps sur la table et tu écartes les jambes. Ce sera 30 Coups de martinet en cuir. Je sentais mon sexe se tendre. Heureusement que mon pantalon était ample. Je sentais mon liquide séminal couler contre mon pubis. Il me semblait discerner une certaine humidité entre les cuisses de ma cousine. Le premier coup lui cingla les fesses. Son corps se raidit mais elle ne broncha pas. Son anus se contractait.

Les coups suivants commencèrent à la faire crier et supplier. Ma mère changea de côtés pour bien faire rougir les deux fesses. Ma tante tenait maintenant les bras de sa fille.

Les lanières cinglaient maintenant sont sexe entrouvert de par sa position. Elle hurlait de douleur. Malgré cela je cru à un moment discerner des contractions anales comme si elle venait de jouir.

Virginie du se tenir droite avec les mains sur la tête pour assister à la punition de Clarisse. Les coups commencèrent a être appliqués de la même façon. Mon sexe était dur. Mon éjaculation surgit au moment ou Clarisse poussa un dernier cri de supplication.

Les deux filles durent rester nues contre le mur toute la journée. Elles durent même se soulager dans un seau devant nous. Le lendemain nous nous sommes retrouvés seuls à la maison. Elle me demanda si je voulais me mettre nue. Cette demande me gênait. Je dis oui à condition que nous soyons nus tous les trois. Cela ne gêna nullement les filles.

La réaction fut immédiate et déclencha une superbe érection. Virginie expliqua à Clarisse comment me masturber.

..

Vidéo sex gratuit sexe basse normandie

Je stimule son clitoris, elle gémit. Je soulève le drap et devant ses yeux écarquillés je lui dis: Tu peux toucher, ça ne mord pas. Je lui prends la main pour la guider vers ma queue impatiente de se faire branler par cette main innocente.

Je la pénètre avec mon majeur tout en continuant à lui exciter le clito avec mon pouce. Je la renverse sur le lit pour enfouir ma tête entre ses jambes. Je la trouve bien docile pour une pucelle. Ma langue explore cette chatte vierge. Elle gémit, se cambre. Je présente mon gland sur sa vulve trempée, elle se raidit. Je pousse légèrement, il entre et elle pousse un cri strident!

Son hymen a cédé. Je vais te faire du bien. Je lui soulève le bassin et la pénètre plus profond encore. Je sens que je bute contre son utérus. Elle se met à crier, mais cette fois de plaisir. Je sors précipitamment pour lui envoyer quelques giclées de ma semence sur ses jolis seins ronds. Elle me demande de lui montrer les jouets et pose des questions concernant certains. Je lui pénètre la chatte sans mal et commence à la limer tout pendant que je lui masse sa rondelle serrée.

Elle ne dit rien. Je mets les vibrations en marche. Elle gémit, se tortille. Je la laisse se reprendre. Je prends un autre gode que je lui enfile dans le minou et je présente mon gland violet devant son petit trou.

Je pousse un coup sec. Je sors et regarde mon foutre couler de ce petit cul bandant. Il est 15 h et je suis exténué. Quel hypocrite je suis!

Pas plus divin que ce que je venais de vivre avec Cathy! Mais bon je suis un homme. A 20h30, virginie arrive. Virginie est une grande brune pulpeuse, jolie à regarder.

Mon excitation est à son comble devant ses jeunes culs. A un moment elle senti un doigt se glisser entre ses fesses. Elle se contracta pour empêcher ça. On lui avait toujours dit que cet endroit était sale et simplement associer au caca. Clarisse était maintenant dans un état second.

Elle sentait tout son corps frémir. Son corps se raidit et fut comme traversé par une onde inimaginable de plaisir.

Ses mains appuyaient sur la tête de Virginie. Elle serrait les dents pour ne pas hurler. Elle ne se contrôlait plus. Elle était en train de connaitre son premier orgasme.

Elle était en nage. Soudain son regard fut attiré par les souillures dans le lit. Les deux filles eurent droit à une inspection poussée de leur anatomie. Comme les culottes étaient mouillées par la salive et la cyprine elle pensèrent que nous avions fait pipi au lit.

On nous fit pencher en avant et les traces de caca furent découvertes entre les fesses de Clarisse. Nous avons rejoint le salon. Afin de ne pas avoir de partie pris il fût décidé que les mamans ne puniraient pas leur fille respective. Tu allonges la partie supérieure de ton corps sur la table et tu écartes les jambes. Ce sera 30 Coups de martinet en cuir. Je sentais mon sexe se tendre. Heureusement que mon pantalon était ample. Je sentais mon liquide séminal couler contre mon pubis. Il me semblait discerner une certaine humidité entre les cuisses de ma cousine.

Le premier coup lui cingla les fesses. Son corps se raidit mais elle ne broncha pas. Son anus se contractait. Les coups suivants commencèrent à la faire crier et supplier.

Ma mère changea de côtés pour bien faire rougir les deux fesses. Ma tante tenait maintenant les bras de sa fille. Les lanières cinglaient maintenant sont sexe entrouvert de par sa position. Elle hurlait de douleur. Malgré cela je cru à un moment discerner des contractions anales comme si elle venait de jouir. Virginie du se tenir droite avec les mains sur la tête pour assister à la punition de Clarisse.

Les coups commencèrent a être appliqués de la même façon. Mon sexe était dur. Mon éjaculation surgit au moment ou Clarisse poussa un dernier cri de supplication. Les deux filles durent rester nues contre le mur toute la journée. Elles durent même se soulager dans un seau devant nous. Le lendemain nous nous sommes retrouvés seuls à la maison. Elle me demanda si je voulais me mettre nue. Cette demande me gênait. Je dis oui à condition que nous soyons nus tous les trois.

Cela ne gêna nullement les filles. La réaction fut immédiate et déclencha une superbe érection. Virginie expliqua à Clarisse comment me masturber. Elle lui fit arrêter la masturbation. Tu vas maintenant mettre le sexe de ton frère dans ta bouche et tu feras un mouvement de va et vient avec tes lèvres. A ce moment un liquide blanc sortira de sa verge. Ne te retire pas et avale tout. Toutes deux nues et à genoux devant moi. Les zébrures de martinet étaient toujours visibles.

Des frissons me parcouraient le corps. Caresse-toi le petit bouton comme moi. Je sentais le plaisir monter en moi. Oh oui ça vient ça vient. Virginie se mit également à hurler. Puis la tension de nos corps retomba. Après quelques instants Clarisse pris la parole. Je veux lui donner ma virginité…. Tu ne dois pas avoir peur.



histoire sexe soeur la maison du sexe

Son corps se raidit et fut comme traversé par une onde inimaginable de plaisir. Ses mains appuyaient sur la tête de Virginie. Elle serrait les dents pour ne pas hurler. Elle ne se contrôlait plus. Elle était en train de connaitre son premier orgasme. Elle était en nage. Soudain son regard fut attiré par les souillures dans le lit. Les deux filles eurent droit à une inspection poussée de leur anatomie.

Comme les culottes étaient mouillées par la salive et la cyprine elle pensèrent que nous avions fait pipi au lit. On nous fit pencher en avant et les traces de caca furent découvertes entre les fesses de Clarisse.

Nous avons rejoint le salon. Afin de ne pas avoir de partie pris il fût décidé que les mamans ne puniraient pas leur fille respective. Tu allonges la partie supérieure de ton corps sur la table et tu écartes les jambes.

Ce sera 30 Coups de martinet en cuir. Je sentais mon sexe se tendre. Heureusement que mon pantalon était ample. Je sentais mon liquide séminal couler contre mon pubis. Il me semblait discerner une certaine humidité entre les cuisses de ma cousine. Le premier coup lui cingla les fesses. Son corps se raidit mais elle ne broncha pas.

Son anus se contractait. Les coups suivants commencèrent à la faire crier et supplier. Ma mère changea de côtés pour bien faire rougir les deux fesses. Ma tante tenait maintenant les bras de sa fille. Les lanières cinglaient maintenant sont sexe entrouvert de par sa position. Elle hurlait de douleur. Malgré cela je cru à un moment discerner des contractions anales comme si elle venait de jouir.

Virginie du se tenir droite avec les mains sur la tête pour assister à la punition de Clarisse. Les coups commencèrent a être appliqués de la même façon. Mon sexe était dur. Mon éjaculation surgit au moment ou Clarisse poussa un dernier cri de supplication. Les deux filles durent rester nues contre le mur toute la journée. Elles durent même se soulager dans un seau devant nous. Le lendemain nous nous sommes retrouvés seuls à la maison. Elle me demanda si je voulais me mettre nue.

Cette demande me gênait. Je dis oui à condition que nous soyons nus tous les trois. Cela ne gêna nullement les filles. La réaction fut immédiate et déclencha une superbe érection. Virginie expliqua à Clarisse comment me masturber. Elle lui fit arrêter la masturbation. Tu vas maintenant mettre le sexe de ton frère dans ta bouche et tu feras un mouvement de va et vient avec tes lèvres.

A ce moment un liquide blanc sortira de sa verge. Ne te retire pas et avale tout. Toutes deux nues et à genoux devant moi.

Les zébrures de martinet étaient toujours visibles. Des frissons me parcouraient le corps. Caresse-toi le petit bouton comme moi. Je sentais le plaisir monter en moi. Oh oui ça vient ça vient. Virginie se mit également à hurler. Puis la tension de nos corps retomba. Après quelques instants Clarisse pris la parole. Je veux lui donner ma virginité…. Tu ne dois pas avoir peur. Je serais à tes côtés et je te guiderai pour que tu ne souffres pas trop. Virginie glissait sa main dans son vagin trempé et me lubrifiait le sexe avec.

Clarisse aurait donc mon sexe et la cyprine de Virginie en elle. Je vais te soutenir les fesses pour descendre doucement. Virginie se plaça derrière sa cousine et accompagnait maintenant sa descente. Elle se met à genoux et commence à caresser délicatement ma hampe avec ses mains. Elle soupèse mes bourses, puis dépose un baiser sur mon gland. Elle lèche mon sexe bandé sur toute la longueur, puis me prend en bouche. Elle me fait bander au maximum, et je me retire de sa bouche pour lui donner du plaisir à mon tour.

Puis je fais glisser ma bouche sur ses seins. Je les embrasses, je suce ses tétons, je les titille, les mordillent. Mes mains parcours tout sont corps.

Puis je glisse ma tête entre ses jambes. Je le titille du bout de ma langue, pendant que mes doigts caressent son minou intégralement épilé. Je pose mon gland contre sa fente et pousse lentement. Une fois que je bute contre son hymen je pousse un coup sec et le brise sans difficultés. Détend-toi ma chérie je vais te faire jouir. Mon sexe est serré et ça me fait durcir encore plus. Pendant que je la ramone lentement je masse son clito avec mes doigts pour lui faire du bien.

Je place Éva en levrette et intensifie ma pénétration, mon sexe frappe au fond de sa grotte. Mes abdos frappe contres ses fesses. Son vagin se contracte autour de mon sexe, je me retire pour ne pas jouir en elle.

Éva se retourne, mets son visage devant mon sexe et me dit:. Je ne me le fait pas dire deux fois. Elle récupère tout avec ses doigts et avale.

Je ne comprends pas comment elle peut être aussi cochonne à 16 ans. Mais il va falloir que tu satisfasses mes fantasmes.

...

La masturbation mes éjaculations etc……. Il fallait tout lui expliquer car elle ne connaissait absolument rien à la sexualité. Enlève ta petite culotte je vais vérifier si tu es vraiment mouillée. Je vais être douce et je ne mettrais pas de doigt dans ta fente car je pense que tu es vierge? Voilà donc Clarisse entièrement nue. La main de Virginie écarte doucement ses cuisses. Elle constate alors que sa cousine est trempée. Chaque femme à des réactions différentes.

On verra les tiennes. Tu vas mettre ma culotte dans ta bouche car si tu dois crier il ne faut pas que nos mères entendent. Je ferais tout ce que tu me demanderas. Virginie commença par lui caresser les seins dont elle sentit les tétons durcir.

Celle-ci qui serrait la culotte de Virginie dans sa bouche commençait à frissonner. Elle trouvait cela agréable. Sa cousine se servait habilement de sa langue. A un moment elle senti un doigt se glisser entre ses fesses. Elle se contracta pour empêcher ça. On lui avait toujours dit que cet endroit était sale et simplement associer au caca. Clarisse était maintenant dans un état second. Elle sentait tout son corps frémir. Son corps se raidit et fut comme traversé par une onde inimaginable de plaisir.

Ses mains appuyaient sur la tête de Virginie. Elle serrait les dents pour ne pas hurler. Elle ne se contrôlait plus. Elle était en train de connaitre son premier orgasme. Elle était en nage. Soudain son regard fut attiré par les souillures dans le lit. Les deux filles eurent droit à une inspection poussée de leur anatomie. Comme les culottes étaient mouillées par la salive et la cyprine elle pensèrent que nous avions fait pipi au lit.

On nous fit pencher en avant et les traces de caca furent découvertes entre les fesses de Clarisse. Nous avons rejoint le salon. Afin de ne pas avoir de partie pris il fût décidé que les mamans ne puniraient pas leur fille respective. Tu allonges la partie supérieure de ton corps sur la table et tu écartes les jambes. Ce sera 30 Coups de martinet en cuir. Je sentais mon sexe se tendre. Heureusement que mon pantalon était ample. Je sentais mon liquide séminal couler contre mon pubis.

Il me semblait discerner une certaine humidité entre les cuisses de ma cousine. Le premier coup lui cingla les fesses.

Son corps se raidit mais elle ne broncha pas. Son anus se contractait. Les coups suivants commencèrent à la faire crier et supplier.

Ma mère changea de côtés pour bien faire rougir les deux fesses. Ma tante tenait maintenant les bras de sa fille. Les lanières cinglaient maintenant sont sexe entrouvert de par sa position. Elle hurlait de douleur. Malgré cela je cru à un moment discerner des contractions anales comme si elle venait de jouir. Virginie du se tenir droite avec les mains sur la tête pour assister à la punition de Clarisse.

Les coups commencèrent a être appliqués de la même façon. Mon sexe était dur. Mon éjaculation surgit au moment ou Clarisse poussa un dernier cri de supplication. Les deux filles durent rester nues contre le mur toute la journée.

Elles durent même se soulager dans un seau devant nous. Le lendemain nous nous sommes retrouvés seuls à la maison. Elle me demanda si je voulais me mettre nue. Cette demande me gênait. Je dis oui à condition que nous soyons nus tous les trois.

Cela ne gêna nullement les filles. La réaction fut immédiate et déclencha une superbe érection. Virginie expliqua à Clarisse comment me masturber. Tout penaud je ne savais où me mettre. Debout devant elle comme un enfant puni je ne fantasmais plus. Tu me dragues là? Ah bon me fit elle. Je ne savais plus quoi répondre, faute de réponse je bougeais ma tête de droite à gauche. Je lui dit aucune idée. Je lui dis que je ne pouvais faire cela surtout devant elle.

Enlève ma culotte si ça te gène. Elle se mit sur le côté pour me faciliter la tâche, je fis de même, son petit bout de toile enlevé, la chose de tous mes fantasmes était à quelques centimètres de mes yeux, de mon nez, de ma bouche. Elle essaya bien mais ne réussi pas. Instantanément elle poussa des couinements. Dans son déchaînement elle me prit les cheveux que je porte mi long. Gil 20 janvier 6 h 35 min. Bonjour tu ma vraiment excite j ai joui dans mon slip rien qu on lisons ton histoite la prochaine je vais me branle on lisons ton histoire de cul elle doit avoir un joli cul ta petit soeur.

Rodge 24 mars 17 h 43 min. Joe banem 22 juin 12 h 34 min. Benoit 5 juillet 23 h 07 min. J aime ausie ma soeur mais comment lui dire que j ai envie d elle j ai une photo d elle et je me branle en la regardent je suis amoureux d elle et voudrais la baiser que faire? Kevinnr 23 mai 2 h 23 min.

Ilham 14 avril 19 h 29 min. Récits érotiques et histoires intimes.